Auto-analyse

 Je crois que l'une des bases essentielles de l'autodéfinition consiste à prendre comme point de départ le lieu de son origine. Né dans le Baix Camp (Riudoms), je me considère comme un compositeure du Mare Nostrum doté d'un esprit cartésien.

Joan GuinjoanLa composition est pour moi un défi fascinant qui équivaut à s'affronter soi-même. Le fait de se trouver face à une feuille blanche et au-delà des conventions de la vie, représente le moment de la vérité, celui où tu dois démontrer si tu es capable d'apporter quelque chose.

... ignorant le futur, je crois à l'instant présent et souhaite que mes oevures soient le témoignage du moment où elles furent écrites...

Je me considère avant tout comme un musicien plongé dans la problématique d'exposer par écrit les moments d'euphorie, de frustration, d'illusion, de doute... c'est à dire toutes les contradictions ayant un rapport avec tout processus créatif ne peuvent être comparées avec la partie auditive unique réalité d'une oeuvre musicale. Lorsque je compose, la première impression qui me vient à l'esprit est une tentative d'établir un dialogue avec moi-même en espérant qu'il puisse atteindre les autres et que se produise une communication entre le compositeur, l'interprète et l'auditeur.

Je n'ai jamais prétendu rechercher la transcendance en elle-même; les idées que génère la composition peuvent naître à partir de diverses subtilités qui se mêlent à notre vie quotidienne. Par ailleurs, il a été dit fréquemment que la symbiose de différentes esthétiques était fréquente dans ma musique. 

J'assume le compromis esthétique que suppose l'emploi de langages différents dans une même partition, ainsi que l'emploi de matériaux différents lorque ceux-ci stimulent mon imagination. Incorporer mentalement tout ce qui peut m'être utile s'éloigne de l'éclecticisme lorsqu'il y a un style défini qui l'unifie. Je suis convainvu que tous les genres musicaux peuvent être utiles si nous nous trouvons devant un créateur authéntique: les trois danses de l'Histoire du soldat de Stravisnky inspirés de la musique dite légère nous le démontrent amplement.

 Comme je l'ai mentionné au cours du discours de mon entrée comme membre de la Real Acadèmcia de Belles Arts  de Sant Jordi, affirme une fois de plus, qu'ignorant le futur, je crois à l'instant présent et souhaite que mes oeuvres soient le témoignage du moment où elles furent écrites. Penser dans le jugement postérieur de l'histoire est certainement tenant, mais cette préoccupation est aussi susceptible de provoquer une distorsion de la liberté créative. Cette liberté, qui ne doit être coactionnée par quoi où ni par qui que ce soit, m'a réaffirmé dans l'opinion que la recherche constante est vitale en l'art - il ne fuat surtout pas se copier soi-même-. Chaque nouvelle production nous met donc face à un désert où tout doit être à nouveau réinventé, ce qui représente aller toujours de l'avant avec les risques que cela suppose.

Lorsque finalement l'on m'a demandé d'où je viens et vers où je vais, j'ai répondu que j'allais à ma rencontre à la recherche chaque fois plus approfondie de mes racines d'autochtone entêté et à l'humilité originelle liée indissolublement à la réalité de l'instant.